Parabole du fils prodigue (Luc 15, 11 - 32)
par Alexandra Domnec
Retour
Cliquez pour agrandir...
Huile sur toile - Dimension : 116 x 81 cm (50P) - juillet 2009

Le tableau, semaine après semaine 
Le support de prédication réalisée au Temple de Jouy-en-Josas  
 
Description du tableau    

Texte de la Bible

11 Il dit encore : « Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir.” Et le père leur partagea son avoir.

13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l'indigence. 15 Il alla se mettre au service d'un des citoyens de ce pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait.
17 Rentrant alors en lui-même, il se dit : “Combien d'ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! 18 Je vais aller vers mon père et je lui dirai : Père, j'ai péché envers le ciel et contre toi. 19 Je ne mérite plus d'être appelé ton fils. Traite-moi comme un de tes ouvriers.”

20 Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. 21 Le fils lui dit : “Père, j'ai péché envers le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils...” 22 Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le ; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. 23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.” « Et ils se mirent à festoyer.

25 Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que c'était. 27 Celui-ci lui dit : “C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras parce qu'il l'a vu revenir en bonne santé.” 28 Alors il se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l'en prier ; 29 mais il répliqua à son père : “Voilà tant d'années que je te sers sans avoir jamais désobéi à tes ordres ; et, à moi, tu n'as jamais donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a mangé ton avoir avec des filles, tu as tué le veau gras pour lui ! ”

31 Alors le père lui dit : “Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé.” »

(d'après la TOB Traduction Œcuménique de la Bible) .

Description
La scène : une famille

   

La scène se déroule juste au moment où le père parle à son fils aîné (v.31 et 32).

"31 Alors le père lui dit : “Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé.”"

Celui-ci tend la main vers son père, peut-être par protestation, peut-être pour prendre la main de son père ?... En tous les cas, elle vient dans la lumière (celle de Dieu, symboliquement représenté par le soleil). Mais lui, se trouve toujours dans l'ombre (de l'arbre de la loi).

Le père, lui, regarde son fils cadet. Sa deuxième main se tend vers lui. Un rayon de soleil traverse cette main, en passant par sa tête et va illuminer l'eau de la rivière en un point lumineux.

Juste en ce point de lumière, se joignent le reflet du fils retrouvé (côté lumineux) et les ombres du père et du fils aîné (côté sombre). Pour le fils retrouvé, ce point dans l'eau représente son baptême "ton frère que voici était mort et il est vivant". Pour les trois personnages, ce point représente une famille réunie par l'amour et l'image d'un père qui bénit ses deux fils...

Bien entendu, la parabole ne dit pas si cette famille est finalement réunie. J'ai juste représenté dans l'eau ce que le père souhaite dans la réalité et l'amour qu'il porte à ses deux fils quelqu'ils soient...

Le décor : c'est le printemps en Galilée !

J'ai choisi le printemps, pour illustrer le début d'un nouveau cycle (d'une nouvelle vie) pour le fils retrouvé et pour tous ceux qui l'entourent. J'ai situé la scène juste à l'endroit où le Jourdain sort du Lac de Tibériade (Mer de Galilée). Chaque élément du décor a fait l'objet d'une minutieuse recherche, tant sur l'aspect symbolique que sur son existence à cet endroit en Israël, en cette saison.

1/ La rivière, le symbole de la vie...

J'ai choisi le Jourdain, rivière dans laquelle fut baptisé le Christ. Dans mon tableau, elle a plusieurs rôles. Au-delà, de son rôle de baptême, celui du fils retrouvé de retour à la vie, elle sépare et elle réunit.
Elle sépare le tableau en deux parties. A gauche, le côté lumineux avec le temple où tous les convives sont réunis (et affluent) pour fêter le retour du fils retrouvé. A droite, le côté sombre, où se trouve le fils aîné et le père. Ce dernier a d'ailleurs dû "sortir" (et traverser la rivière) pour prier son fils aîné de venir.

Et comme je l'ai déjà expliqué plus haut, elle réunit, en un point lumineux, une famille.

2/ Les arbres, lien avec l'Ancien Testament

Comme dans chacun de mes tableaux bibliques, je peins une scène du Nouveau Testament dans laquelle j'introduis symboliquement un lien avec l'Ancien Testament. Puis j'essaye de créer un autre lien (souvent placé en bas à gauche) avec notre époque et celle de demain... La végétation m'a permis de créer ces liens.

Pour illustrer l'errance du fils retrouvé, j'ai choisi de prendre les quatre plantes de la fête de Soukot ou Souccot, fête juive célébrée en souvenir de la traversée du désert et de l'errance des Hébreux. Il y a entre autres du cédrat, sorte de citronnier (au premier plan devant le père), du myrte (autour du frère aîné), un saule de rivière (au fond à droite) et des palmiers-dattiers autour du temple. Ces quatres espèces représentent les différents états humains d'esprit et de cœur.

  • Cédrat  
  • Myrte 
  • Saule 
  • Palmier-dattier 
  • Arbre de Judée
       

De quelle façon ? "Elles sont classées selon leur parfum et selon leur goût : le parfum signifie la connaissance de la Torah, la science ; le bon goût du fruit a pour sens les bonnes actions, la compassion et la générosité de coeur.
Les différentes combinaisons donnent le tableau suivant :"

arbre parfumé son fruit a du goût
cédrat oui oui
palmier-dattier non oui
saule non non
myrte oui non
Extrait du livre "les symboles dans la Bible" par Albert Soued édition Jacques Grancher

J'ai réparti cette végétation sur les deux rives : à droite la connaissance, à gauche le coeur. Au bout de la première rive, se trouve le saule, arbre de la stérilité, précédé de l'arbre de Judée (sous lequel se pendit Judas). C'est ma façon personnelle de dire que sans coeur, la connaissance, la science, le suivi des "bonnes règles" ne mènent nulle part.

  • Le fils aîné, à droite donc, est entouré du myrte. Il suit le "règlement", mais il a perdu la compassion.
  • Le fils retrouvé, à gauche, est devant un bouquet de palmier-dattier, car son coeur lui a permis de retrouver son chemin.
  • Et, le père, au centre, est derrière un cédrat en fleur, car il est le juste équilibre entre la connaissance et le coeur.

3/ Les fleurs, lien avec avec notre époque et celle de demain...

Plusieurs fleurs comme les anémones rouges vifs, le papyrus et l'iris bleue représentent le lien avec notre époque et celle de demain. L'anémone et l'iris sont très présentes au printemps en Israël.

  • L'anémone rouge représente la "grâce"
Elles ressemblent de loin à des coquelicots. Dans le langage des fleurs, elle signifie "persévérance, fertilité et renaissance". Et lorsqu'elle est rouge, elle signifie : " J'ai foi en mon amour".

Dans mon tableau, l'anémone rouge vif (Anemone coronaria) représente la "grâce". Comme les coquelicots, c'est une fleur libre et sauvage qui se répend et fleurie partout. Pour moi, c'est la représentation symbolique du sang du Christ sur la croix, le signe de la grâce et de l'amour de Dieu quelque-soit la rive sur laquelle nous nous trouvons...

"Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne meure pas, mais qu'il ait la vie éternelle". (Jean 3, 16)

  • Le papyrus représente la "parole"

Le mot "bible" a pour origine la ville portuaire phénicienne de Gébal (Djebail), dont le nom grec est Byblos. Durant des siècles, c'est de là que le précieux papyrus d’Egypte était exporté vers le nord de la méditerranée, en particulier vers la Grèce. Si bien que les grecs finirent par appeler ces feuilles de papyrus du "byblos". Or, les premieux écrits des livres constituants l'Ancien et le Nouveau Testaments furent réalisés entre autre sur du papyrus. Après un long processus, le "ta biblia" grec signifiant "les livres" devient le mot féminin singulier latin "Biblia", soit "la Bible".

Dans mon tableau, le papyrus représente la "parole" que l'on trouve dans la Bible...

  • Les iris bleues, ce sont les "chérubins"

Il s'agit des chérubins armés d'épées (Genèse 3, 24), gardiens, dans le sens de fidèles, du chemin de l'arbre de la vie, c'est-à-dire de la Bible. Ils ont comme outils (épée) la parole de Dieu. Et ils nous invitent à les suivrent vers elle...

J'ai choisi l'Iris xiphium. L'Iris est une fleur du printemps en Israël et cette variété (espagnole) est à feuilles en glaive (éthymologie grec de xiphion : nom grec d'une plante émolliente dont les feuilles ont à-peu-près la forme d'une épée ou d'un glaive).

Le temple aux 12 portes et les personnages : c'est la fête !

1/ Le temple aux 12 portes

prodigue

Ce temple a symboliquement 12 portes, comme dans la "Jérusalem nouvelle" (Apocalypse 21, 9 - 27), parce qu'il y a plusieurs façons de (re)venir à Dieu. Le toit est en forme de parachute, pour donner l'idée qu'il "descend du ciel" sur les convives.

Il est en forme de kiosque, lieu de fête, de musique et de convivialité. Je l'ai fait d'aspect plus ou moins transparent, car "nous sommes, nous, le temple du Dieu vivant" (2 Corinthiens 6, 16). Ce sont donc les personnes réunies, se réjouissant de cette (ré)union (de famille) et festoyant, comme pour "une noce", qui forment le temple.

Pour créer l'aspect d'une structure légère, j'ai donc choisi de le construire en bois plutôt qu'en pierre. Et, j'ai opté pour du cèdre, parce que ce bois "est lié aux trois grandes religions du Moyen-Orient. Pour les juifs, c'est l'arbre utilisé pour la construction de la charpente du temple de Salomon à Jérusalem (1000 av. J.-C.), pour les chrétiens, c'est l'arbre saint, pour l'islam, c'est le bois pur. Il est présent dans les temples, les églises et les mosquées." (Extrait du site : http://erfportroyal.free.fr/paroisse/herbier/herbier.php).
Pour la forme des colonnes, je me suis inspirée des colonnes élancées du déambulatoire de l'abbaye cistercienne d'Ourscamp.

A l'une des entrées du temple, il y a à disposition du pain, des fruits et des jarres de vin et d'eau. Certaines, symboliquement, ont la forme des grandes jarres qui contenaient, à Qumran, les manuscrits de la Mer morte.

Remarque : Pain avec ou sans levain ?

Mon problème était de savoir si je faisais du pain avec ou sans levain. J'ai fini par choisir du "pain avec levain" !
Si l'on suit la tradition de la Pâque juive, le pain est sans levain. Ce devait être également le cas au moment de la "Sainte Cène" et donc de la fête chrétienne de Pâques. De plus, plusieurs passages du nouveau testament parle du mauvais levain (Luc 12, 1 et 1 Corinthiens 5, 6 à 8).

Cependant dans mon tableau, j'ai préféré un autre passage que j'ai trouvé dans Matthieu 13, 33.

33 Il leur dit une autre parabole : "Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu'une femme prend et enfouit dans trois mesures de farine, si bien que toute la masse lève".

2/ Les personnages

  • Les convives

L'idée que je souhaitais faire passer c'est : chacun sa route, chacun son chemin... mais qui que nous soyons, nous sommes tous invités à venir à cette fête, pour faire une halte, pour réfléchir, pour nous réjouir, pour se reposer, pour reprendre espoir, pour danser, pour jouer de la musique, pour se restaurer, pour... "

prodigue  prodigue

Pour illustrer cette idée, j'ai créé une multiplicité de routes et de personnages. J'ai donc dessiné devant nous un chemin. Si nous l'empruntons, il nous invite, soit à traverser le Jourdain par le guet (3 pierres dans l'eau) et rejoindre les convives et/ou continuer notre route (vers la montagne ou la mer), soit à cheminer sur la même rive en se dirigeant vers la droite.

  • Les musiciens

- Le premier joue de l'oud, sorte de luth à manche court,
- Le second, du tar, sorte de tambourain,
- Le troisième, de l'arghoul, sorte de double clarinette,
- Le quatrième, un rebab, sorte de vielle avec archet à 2 cordes.
- Et il y en a un cinquième qui discute avec le premier et le deuxième musicien. Il a laissé son instrument, un qanun, sorte de cithare sur table, à droite du premier musicien.
  • Le Père

Sa robe est bleue. J'ai choisi le bleu, car, à mon sens, le père est le personnage le plus proche de Dieu. Et je pense qu'il est le personnage principal et central, même si cette parabole est axé sur le fils retrouvé. Or, le bleu est la couleur de l’azur, du ciel et donc du paradis. Comme l'a écrit Wassily Kandinsky, "le bleu attire l’homme vers l’infini et éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel".

Il porte une ceinture d'or et d'argent. L'or est le symbole de ce qui est divin et l'argent, celui de la grâce et de la rédemption. Elle ne se trouve pas autour des reins comme dans Jérémie 13, 1 - 11 et Matthieu 3, 4, mais autour de la poitrine en référence au passage de l'Apocalypse 1, 13 de la Bible.

"13 et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine ;"

Une grande écharpe de mousseline jaune finit le tout, un jaune doux, celui de la lumière et du miel (douceur)..., une mousseline pour suggérer par sa légèreté, le sentiment de liberté des hommes de foi...

  • Le fils aîné

Il est vêtu plutôt richement. Sa robe est verte. Une grande écharpe en taffeta de soie sauvage rouge (tissu rigide comme ce fils) s'enroule autour de lui. Le rouge évoque la passion, voire la violence, mais aussi l'action, la réalité, la force. Le vert, c'est l'espoir (d'un geste), la nature primaire.

Le fils aîné est entouré du myrte. Il suit le "règlement", mais a perdu la compassion.

  • Le fils retrouvé

Il est donc excentré par rapport au tableau, mais cependant au milieu des convives qui sont réunis et affluent pour fêter son retour. Je l'ai peint regardant son père avec reconnaissance et servant le vin. Il a reçu et maintenant il donne.

Sa robe de lin est blanche, le blanc de la pureté, comme celle d'un baptisé "ton frère que voici était mort et il est vivant".

Haut
© Alexandra Domnec, tous droits réservés - Pour me contacter : alexandra@domnec.com