Sur la biche de l'aurore ! par Alexandra Domnec

"Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (Psaume 22:2 ; Marc 15:34)

 RETOUR ACCUEIL
Google
Translate
 


Présentation au format PDF
Alexandra Domnec
"En hommage à l'Ukraine..."

Huile sur toile (116 x 81 cm), 17 juin 2022
Un cri !

Ce tableau est un cri ! Un cri de tristesse, un cri de rage, un cri de détresse et d'impuissance face à l'horreur !

"Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi..."

Nos civilisations occidentales pensaient que toute cette barbarie était bien derrière nous. Qu'après deux guerres mondiales, nous avions compris. Que l'humanité avait évolué... enfin !
Et nous voilà au portes de la nuit. Les ténèbres sont sur la terre. L'esprit malin s'est incarné une fois encore. Il est à l'Est d'Eden... Et nous sommes tous liquéfiés, médusés, presque à l'arrêt !

"33 La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure. 34 Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? 35 Quelques-uns de ceux qui étaient là, l'ayant entendu, dirent : Voici, il appelle Elie. 36 Et l'un d'eux courut remplir une éponge de vinaigre, et, l'ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire, en disant : Laissez, voyons si Elie viendra le descendre.
37 Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira." (Marc 15:33-37)

Face au néant, que nous reste-t-il, à part crier ? "Jésus, ayant poussé un grand cri, expira." (Marc 15:37) 

Pourquoi ?
Je viens de terminer un tableau en hommage à l'Ukraine intitulé : "sur la biche de l'aurore".

En gros, c'est un message d'espérance pour l'Ukraine, un parallèle fait avec le Psaume 22 et Marc 15:24 à 16:11 (de la mort à la résurrection de Jésus).
Vers où ?

J'utilise l'image de la résurrection : un passage vers une "terre promise symbolique" à droite, bleue et jaune... En reconnaissez-vous quelques contours ?

Alexandra Domnec
Comment ?

Alexandra Domnec

Un passage sur les "kalyna * " en fleur...

Alexandra Domnec* Kalyna : il s'agit d'une plante, l'Obier Viorne avec ses grappes de petites baies rouges en automne. Elle symbolise l'Ukraine, et en particulier un chant de la résistance Ukrénienne "Ой, у лузі червона калина" (Oy U Luzi Chervona Kalyna / Oh, the red viburnum in the meadow / Oh l'obier rouge dans la prairie).

A écouter, une version en plusieurs langues
"Oy U Luzi Chervona Kalyna... 
Cette fleur rouge la Kalyna pourquoi baisse-t-elle la tête ?
Elle était spendide l'Ukraine, pourquoi cette tempête ?
Elle fleurira encore la Kalyna pour l'éternité,
et dans toute sa splendeur l'Ukraine hey, hey hey, ma sœur relevée !"


...un passage au dessus du
"fleuve rouge * ",

...un passage entre le monde des morts et celui des vivants...

...un pont de "kalyna en fleur" entre l'enfer et la Terre Promise !

* Pont sur fleuve rouge : C'est une illustration également des contes slaves qui «font fréquemment mention du « pont d'obier » (kalinoviy most), qui traverse la « rivière de cassis » ou « rivière de feu » (une odeur forte et désagréable) et sur lequel se déroulent notamment des batailles.  

Le bois d'obier, fragile, paraissant peu destiné à la fabrication de ponts, il semble que cette expression soit réservée aux contes merveilleux, avec un sens symbolique particulier : le pont reliant le monde des vivants et le monde des morts.

Le terme n'aurait en fait originellement pas de rapport avec l'obier, mais avec le verbe phonétiquement voisin kalit' , « chauffer au rouge » ; les deux termes partageant la référence à la couleur rouge, couleur des baies de l'obier
» (source wikipedia)
Comme une Mer Rouge...

"Fleuve rouge"... je pense à "mer Rouge"... un passage donc, un peu comme celui des hébreux traversant la "mer des Joncs" (Exode 14:21-22)...

"21 Moïse étendit sa main sur la mer. Et l'Eternel refoula la mer par un vent d'orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. 22 Les enfants d'Israël entrèrent au milieu de la mer à sec, et les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche." (Exode 14:21-22)

"Mer des Joncs", couleurs "rouge, bleu et blanc", ouverte en deux pour laisser passer les rescapés de l'enfer...

Alexandra Domnec
Entre la sixième et la neuvième heure...

Alexandra Domnec Alexandra Domnec 

...un enfer jaune comme le feu qui brûle, bleu comme celui des abysses où tes enfants sont enterrés vivants. Tes couleurs, ta terre devient "informe et vide", Ukraine, un vrai tohu-bohu (Genèse 1:1-2) ! 

C'est la nuit, un temps de ténèbres, un temps d'épreuve.

"Nuit et brouillard", ... esclaves envoyés aux confins d'Eden... , exode... , rapt et massacre d'innocents... , ... frappes d'obus... tu cries le jour... point de repos ! "Eloï, Eloï, lama sabachthani ?"
Seigneur, aie pitié ! (miserere, kyrie Eleison , ... )

"33 La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure. 34 Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? (Marc 15:33-34)

Alexandra Domnec
Immolée sur le parvis des nations ?

Alexandra Domnec

Face à toi, dragon, bête et faux prophète (Apocalypse 16:13) frappent, se moquent et rient. Arrogants, ils fanfaronnent, mentent et menacent... Tandis que l'Hydre rouge ("Babylone"), montée sur sa bête écarlate et fumante (Apocalypse 17), s'enivre de ton sang et rallie d'autres royaumes...

A l'heure du Fils, seras-tu toi aussi immolée sur le parvis des nations ? (Apocalypse 11:2)

"2 Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois." (Apocalypse 11:2)

A l'orée, à la porte...

Face au désastre, un olivier symbolique, comme un arbre de paix, ancré au "Rocher-Rempart", Jésus sauve !

"2 Je t'aime, ô Eternel, ma force ! 3 Eternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur ! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri ! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite !" (Psaume 18:2)

Le seul, à mon sens, pouvant faire le lien entre le Royaume du Vivant et l'Est d'Eden (Genèse 4:16), parce que ressuscité des morts...

"16 Puis, Caïn s'éloigna de la face de l'Eternel, et habita dans la terre de Nod, à l'orient d'Eden." (Gn 4:16)

Il envoie ses branches comme les sarments d'une vigne (Jean 15:1-8) qui descendent dans l'abîme, bravant le feu, la tempête et les mers déchaînées... Et les anges s'y agrippent pour y chercher ceux dont l'espérance ne tient qu'à un fil...

Alexandra Domnec
Jésus sauve ! N'est-ce pas ce que son nom signifie d'ailleurs ?

"Jésus" littéralement signifie "YHVH sauve". "YHVH" est le tétragramme hébreu du nom de Dieu qu'il révèle à Moïse "Je suis celui qui suis", "Je suis" (Exode 3, 14), traduit dans certaines Bibles par "l'Éternel"


"Jésus" n'est-il pas l'envoyé de Dieu, son fils qui à l'image de son Père et avec lui, sauve au présent, aujourd'hui et maintenant ?
Sur "biche de l'aurore"... à l'orée d'un retournement ?

"Sur la biche de l'aurore" est le titre du Psaume 22 "1 1 A l'excellent, sur la biche de l'aube, cantique de David." (Psaume 22:1) que Jésus-Christ récita sur la croix.

Dans ce Psaume, le psalmiste commence au plus bas, avec un terrible sentiment que Dieu est loin et que la force l'abandonne.

Et après un renversement "tu m'as répondu" (Psaume 22, 22), tout change et devient l'expression d'une foi extraordinaire, d'une totale confiance dans le salut et dans l'aide de Dieu.

En hébreu :
  • biche "'Ayeleth" : est le féminin de "cerf" (ou de "bélier"). Il peut vouloir dire aussi la "force, le secours"... le secours qui sauve (Psaume 22:20).
"20. Et toi, Eternel, ne [soit] pas loin. Ma force à mon secours, hâte-toi !" (Psaume 22:20)
  • Aube "Shachar" : l'aurore, ce qui est noir mais qui va vers la lumière. 
"Je suis noire (shachar), mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon." (Cantique des cantiques 1, 5)

"La biche* de l'aurore" est un appel :

"Prions et croyons vivement à la force qui sauve et au secours de l'aube" !

Que la paix revienne dans nos coeurs !



Alexandra Domnec

Symboliquement, comme une "fille de Jérusalem", j'ai pris l'image d'une gazelle de Jérusalem de "Gazelle Valley Park"
Haut

Textes de référence de la Bible

Psaume 22

"Au chef de chœur. Sur « Biche de l’aurore ». Psaume de David..

2 Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ? Le Salut est loin de moi loin des mots que je rugis. 3 Mon Dieu, j'appelle tout le jour et tu ne réponds pas même la nuit je n'ai pas de repos. 4 Toi, pourtant tu es saint Toi qui habites les hymnes d'Israël ! 5 C'est en toi que nos pères espéraient ils espéraient et tu les délivrais 6 Quand ils criaient vers toi, ils échappaient en toi ils espéraient et n'étaient pas déçus.

7 Et moi, je suis un ver, pas un homme raillé par les gens, rejeté par le peuple. 8 Tous ceux qui me voient me bafouent ils ricanent et hochent la tête : 9 « Il comptait sur l'Éternel : qu'il le délivre ! Qu'il le sauve puisqu'il est son ami ! »

10 C'est toi qui m'a tiré du ventre de ma mère qui m'a mis en sûreté entre ses bras. 11 A toi je fus confié dès ma naissance dès le ventre de ma mère tu es mon Dieu ! 12 Ne sois pas loin : l'angoisse est proche je n'ai personne pour m'aider.

13 Des fauves nombreux me cernent des taureaux de Basan m'encerclent. 14 Des lions qui déchirent et rugissent ouvrent leur gueule contre moi. 15 Je suis comme l'eau qui se répand tous mes membres se disloquent. Mon cœur est comme la cire il fond au milieu de mes entrailles. 16 Ma vigueur a séché comme l'argile ma langue colle à mon palais. Tu me mènes à la poussière de la mort ! 17 Oui des chiens me cernent une bande de vauriens m'entoure. Ils me percent les mains et les pieds ; 18 je peux compter tous mes os. Ces gens me voient, ils me regardent 19 Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement.

20 Mais toi Eternel, ne sois pas loin ! ô ma force, viens à mon aide ! 21 Préserve ma vie de l'épée arrache-moi aux griffes du chien ! 22 sauve-moi de la gueule du lion et de la corne du buffle !
 
 Tu m'as répondu ! 

23 Et je proclame ton nom devant mes frères je te loue en pleine assemblée ! 24 Vous qui le craignez, louez l'Éternel ! Glorifiez-le vous tous, descendants de Jacob ! Vous tous, redoutez-le descendants d'Israël ! 25 Car il n'a pas rejeté Il n'a pas réprouvé le malheureux dans sa misère Il ne s'est pas voilé la face devant lui mais Il entend sa plainte. 26 Tu seras ma louange dans la grande assemblée !
Devant ceux qui te craignent je tiendrai mes promesses.


27 Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ils loueront l'Éternel ceux qui le cherchent « A vous toujours, la vie et la joie ! » 28 La terre se souviendra et reviendra vers L'Éternel chaque famille de nations se prosternera devant lui. 29 « Oui à l'Éternel la royauté le pouvoir sur les nations ! » 30 Tous ceux qui festoyaient s'inclinent promis à la mort, ils plient en sa présence. 31 Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ; On annoncera l'Éternel aux générations à venir 32 On proclamera sa justice au peuple qui va naître. Voilà son œuvre !" (Psaume 22

Version publiée au bas de la Prédication "Sauve-moi de la corne de la licorne !"
Je vous invite à lire ou à écouter cette prédication sur le salut du Pasteur Louis Pernot (Eglise protestante de l'Etoile à Paris).

Haut


Marc 15:24-39

"24 Ils le crucifièrent, et se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort pour savoir ce que chacun aurait. 25 C'était la troisième heure, quand ils le crucifièrent. 26 L'inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots : Le roi des Juifs. 27 Ils crucifièrent avec lui deux brigands, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche. 28 Ainsi fut accompli ce que dit l'Ecriture : Il a été mis au nombre des malfaiteurs.

29 Les passants l'injuriaient, et secouaient la tête, en disant : Hé ! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, 30 sauve-toi toi-même, en descendant de la croix ! 31 Les principaux sacrificateurs aussi, avec les scribes, se moquaient entre eux, et disaient : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même ! 32 Que le Christ, le roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! Ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient aussi.

33 La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure. 34 Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? 35 Quelques-uns de ceux qui étaient là, l'ayant entendu, dirent : Voici, il appelle Elie. 36 Et l'un d'eux courut remplir une éponge de vinaigre, et, l'ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire, en disant : Laissez, voyons si Elie viendra le descendre.

37 Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira. 38 Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas. 39 Le centenier, qui était en face de Jésus, voyant qu'il avait expiré de la sorte, dit : Assurément, cet homme était Fils de Dieu."

[...]

Marc 16:1-11

"1 Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates, afin d'aller embaumer Jésus. 2 Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever. 3 Elles disaient entre elles : Qui nous roulera la pierre loin de l'entrée du sépulcre ?

4 Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était très grande, avait été roulée. 5 Elles entrèrent dans le sépulcre, virent un jeune homme assis à droite vêtu d'une robe blanche, et elles furent épouvantées.
6 Il leur dit : Ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié ; il est ressuscité, il n'est point ici ; voici le lieu où on l'avait mis. 7 Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée : c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit. 8 Elles sortirent du sépulcre et s'enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies ; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur effroi.


9 Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons. 10 Elle alla en porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, et qui s'affligeaient et pleuraient. 11 Quand ils entendirent qu'il vivait, et qu'elle l'avait vu, ils ne le crurent point."
Haut
© Alexandra Domnec, tous droits réservés - Publié 26 juin 2022 - Google Translate - Pour me contacter : alexandra@domnec.com