Fuite en Egypte (Matthieu 2, 13 - 15)
par Alexandra Domnec
Retour
Cliquez pour agrandir...
Huile sur toile - Dimension : 41 x 27 cm (6P) - février 2010

Le tableau, semaine après semaine    
 Description du tableau     

Texte de la Bible    

13 Après leur départ, voici que l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi, prends avec toi l'enfant et sa mère, et fuis en Egypte ; restes-y jusqu'à nouvel ordre, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr. » 14 Joseph se leva, prit avec lui l'enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Egypte. 15 Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, pour que s'accomplisse ce qu'avait dit le Seigneur par le prophète : D'Egypte, j'ai appelé mon fils.

(d'après la TOB Traduction Œcuménique de la Bible)

Description

La "Fuite en Egypte", des exemples de tableau

En général, les peintres peignent une scène présentant Marie sur un âne tenant Jésus, accompagnés de Joseph, marchant auprès de l'âne.

  • Fra Angelico, 1450
  • Rembrandt, 1627
  • Nicolas Poussin, 1657
  • James Joseph-Jacques Tissot, 1895
       

La scène

Le texte de la Bible "Matthieu 2, 13 - 15" reste assez vague par rapport au trajet emprunté et à la façon de vivre cette fuite en Egypte. Je propose donc une image assez personnelle.

Au lieu de mettre en scène une famille en marche, nous sommes à l'arrêt, à une étape du voyage, un moment de repos.

J'ai voulu mettre en avant le rôle de Joseph à la fois fidèle à Dieu, confiant et protecteur, la douceur de Marie mais aussi sa fragilité et Jésus, si petit, au centre de toute cette force et de cette energie mobilisées à le sauver. 

 

1ère idée : Une halte

1ère esquisse

Le décor : Sous un tamaris, dans une oasis près de "Romani"...

Comme dans chacun de mes tableaux bibliques, je peins une scène du Nouveau Testament dans laquelle j'introduis symboliquement des liens avec l'Ancien Testament et le monde d'aujourd'hui.

Le lieu, Romani et l'arbre, le tamaris, m'ont permis de créer ces liens.

2ème idée : lieu commun à Jésus et Israël, Romani ?

  • Le lien avec l'Ancien Testament : "mon fils"

Comme le texte reste vague sur le trajet emprunté par la Sainte Famille, j'ai donc imaginé et cherché un lieu pour mon tableau. Mon objectif était de trouver un point de passage qui aurait pu être commun à 2 routes :

- celle du Peuple hébreu (Israël) qui sort d'Egypte (l'Exode), le fils de Dieu de la première alliance (Ancien Testament)
"Tu diras à Pharaon : Ainsi parle l'Eternel : Israël est mon fils, mon premier-né." (Exode 4, 22)

- et celle de Jésus et de sa famille qui fuit en Egypte, le fils de Dieu de la nouvelle alliance (Nouveau Testament)
"D'Egypte, j'ai appelé mon fils"
(Matthieu 2, 15)

 

Or, Magdala m'est apparue comme un point possible.

Cette ville n'existant plus sur les cartes actuelles, j'ai donc cherché, dans cette zone, un lieu particulier.

Il devait se trouver dans le désert, pour rappeler toute la difficulté de la fuite, tout en intégrant une idée d'eau, par le fait même d'être une étape.

Et, j'ai fini par trouver une oasis à 2 km de "Romani", une ville d'aujourd'hui.

=> Détails de cette recherche sur cartes

  • Le lien avec notre époque : "Romani"

Quand j'ai découvert "Romani", j'ai trouvé le clin d'oeil plaisant avec le peuple Rom, les nomades de notre époque...

RM : Rromani est la langue parlée par les Romane Chave comme les Gitans, Tziganes...

3ème idée : Un autre lien, le tamaris

  • Le lien avec notre époque : le tamaris

Du coup, j'ai trouvé l'arbre sous lequel se repose la sainte famille. Il s'agit d'un tamaris (Tamarix mannifera Ehr). Cet arbre est courant dans cette partie de désert. Dans ma peinture, souvent, je cherche à placer un arbre qui signifie symboliquement quelque-chose.

  • Le lien avec l'Ancien Testament : un soutien durant l'Exode

Comme pour le peuple hébreux durant l'Exode (Exode 16, 13-36), peut-être fut-il à la fois un refuge et aussi, grâce à Dieu, comme une "manne", un soutien (manne = pain du ciel = soutien) pour nos voyageurs, au milieu de ce désert brûlant.

"15 Le vin qui réjouit le coeur de l'homme, Et fait plus que l'huile resplendir son visage, Et le pain qui soutient le coeur de l'homme." (Psaume 104, 15)

La manne - Exode 16, 13 - 15

"13 Le soir même, les cailles montèrent et elles recouvrirent le camp ; et le matin, une couche de rosée entourait le camp. 14 La couche de rosée se leva. Alors, sur la surface du désert, il y avait quelque chose de fin, de crissant, quelque chose de fin tel du givre, sur la terre. 15 Les fils d'Israël regardèrent et se dirent l'un à l'autre : « Mân hou ? » (« Qu'est-ce que c'est ? »), car ils ne savaient pas ce que c'était. Moïse leur dit : « C'est le pain que le SEIGNEUR vous donne à manger."
(d'après la TOB Traduction Œcuménique de la Bible)

Je me suis également appuyée sur une théorie :

Pour certains, la manne serait assimilée à une sécrétion que produisent les tamaris.

Certains insectes perçant l'écorce de cet arbre, en extraient de petites gouttes de sève collante qui cristallisent sur des brindilles ou tombent sur le sol. Dans la fraîcheur du matin, avant que le soleil ne les fasse fondre, il est possible de les récolter et de les manger."

Source : Biblica - Atlas de la Bible de GEO.
Voir aussi le site : http://bible.archeologie.free.fr/manneceleste.html


Autres éléments de recherche...

4ème idée : Couleurs des vêtements...

Concernant la couleur des étoffes de Marie et de Joseph, j'ai cherché à retrouver les associations de couleurs des peintres "classiques".

J'ai donc recherché le bleu de la pierre lapis-lazuli, pour le voile de Marie.

Pour sa robe, j'ai pris comme référence le rouge rosé de "la Sainte famille avec saint Jean-Baptiste" de Michel-Ange.

Le "rêve de Joseph" de Philippe de Champaigne m'a servi de modèle pour les couleurs des vêtements de Joseph.

   

Puis, j'ai "ensablé" le tout, car qui dit désert, dit sable partout, tout le temps...

5ème idée : Les chaussures

Pas facile de trouver quelque-chose sur les chaussures de l'époque !

A force de chercher, je suis tombée sur un livre passionnant au fond d'une boutique de livres anciens à Versailles... 
Le "Dictionnaire d'archéologie biblique" de W.Corswant (Delachaux et Niestlé) qui m'a inspiré sur ce point.

La chaussure a une signification symbolique riche dans l'Ancien et dans le Nouveau Testament. (voir le détail.)

Et je les aie chaussé de sandales.

6ème idée : La robe des ânes

  • Au moins deux...

Dans les peintures, on ne voit généralement qu'un seul âne ?
Pourquoi ?

Pourquoi Joseph n'aurait-il pas pu lui aussi monter un âne ?

  • Quant à la robe (couleur) des ânes ?

J'ai fait une petite recherche. Les ânes égyptiens sont plutôt blancs.

J'ai finalement opté pour un descendant de l'âne de Nubie, brun avec une "croix de saint André" sur le dos, assez fréquent en Israël.

 

Et voilà ce que ça donne !

Pour finir, je vous propose de découvrir la "création du tableau, semaine après semaine" (1:51 mn)    

Espérance, pour ceux qui marchent dans le désert...

Pour finir, voici une histoire d'Ademar de Borros (Brésil) qui me plait bien :

"Un jour un homme arriva au paradis et demande à Dieu s'il pouvait revoir toute sa vie, aussi bien les joies que les moments difficiles...

Et Dieu le lui accorda. Il lui fit voir toute sa vie comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable et comme si lui, l'homme, se promenait le long de cette plage.

L'homme vit que tout le long du chemin, il y avait quatre empreintes de pas sur le sable, les siennes et celles de Dieu. Mais dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux...

Très surpris et même peiné, il dit à Dieu :
"- Je vois que c'est justement dans les moments difficiles que Tu m'as laissé seul..."

- "Mais non ! lui répondit Dieu ; dans les moments difficiles, il y avait seulement les traces de mes pas à moi, parce qu'alors... je te portais dans mes bras."

Haut
© Alexandra Domnec, tous droits réservés - Pour me contacter : alexandra@domnec.com