Fresque : "Un chemin de foi, un chemin de vie" 

par Alexandra Domnec

PRECEDENT

Retour    Retour histoire, semaine après semaine

SUIVANT

Cette semaine : "Sur la biche de l'aube" (Ps 22, 1) C=>
=> Voir mes notes
RETOUR
 Huile sur bois - Dimension : 7 m x 2,60 m - En cours, depuis octobre 2013...

Notes

aurore


La scène

Il commence à se faire tard. Déjà le soleil se couche. La plupart des roseaux sont partis. 

Paradoxalement, j'ai traité ce coucher de soleil comme un lever de soleil. En général, les couleurs sont plus douces, au lever qu'au coucher. C'est en partie dû à la rosée, sorte de nuée qui donne aux couleurs d'automne, variant du jaune au rouge, une touche plus laiteuse et délicate.

La mer à l'image du ciel se pare de rose. Avec sa forme arrondie, elle commence à ressembler à une coupe de vin. (C'est une idée que j'avais eu précédemment.)

 
Comme une coupe...

L'explication

Depuis le commencement de cette fresque, je peins un chemin à la recherche du royaume de Dieu. "Où demeures-tu ?" (Jean 1, 38)

"38 Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Rabbi ce qui signifie Maître, où demeures-tu ?
39 Venez, leur dit-il, et voyez. Ils allèrent, et ils virent où il demeurait ; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure." (Jean 1, 38 - 39)

.

La foi ?

Je crois que le fait même de chercher, avant tout, l'amour, la paix, la joie, la douceur, la patience... c'est chercher Dieu
C'est faire les premiers pas dans sa demeure, où règnent toutes ses valeurs et être nourris de tout ce qu'il est...

"Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience." (Colossiens 3, 12)

C'est se tourner vers la vie, l'accueillir et être transformée en douceur.  

C'est être à l'aube d'une vie nouvelle qu'il fasse jour ou nuit sur terre.
Et même si je suis sombre (Cantique des cantiques 1, 5) par tous ces riens qui me font sombrer, m'immobilisent et mettent ma vie sans dessus-dessous (en désordre, confuse, sans sens, sans saveur...), un vrai Tohu-Bohu, j'ai confiance ! 

"Je suis noire (sombre), mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar (=sombre, triste), comme les pavillons de Salomon (=paix)." (Cantique des cantiques 1, 5)

C'est être, dit de façon si poétique, "sur la biche de l'aube". Se retourner vers la vie plutôt que sur le sombre. Avoir envie de quelque-chose et commencer à vivre avec cette petite étincelle de foi dans une des choses vivantes qui la composent (Genèse 1 et 2, 1 - 4) : les éléments, la nature, les animaux, les humains, les choses visibles et découvrir l'invisible... Et au bout du chemin, peut-être même aller jusqu'à son créateur, le créateur de toutes vies et demeurer "auprès de lui, ce jour là" (Jean 1, 39) 

C'est croire qu'il existe une force, une lumière au bout de la nuit* qui peut tout. Avec elles, tout est possible. Cette force peut me relever (=ressusciter), me libérer du rien. Cette force sauve (Jésus = "Dieu sauve" en hébreu). Et avec cette lumière du premier jour, je suis recréée, comme un monde, jour après jour.

"1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 2 La terre était informe et vide (=Tohu-Bohu) : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.
3 Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. 4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le premier jour." (Genèse 1, 1 - 5)

"1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue." (Jean 1, 1 - 5)

* Nuit : la nuit dans la Bible, c'est le temps de l'apprentissage ou de l'épreuve

Et donc, c'est espérer la lumière et son royaume, même si dans la "réalité du monde", nous assistons bien souvent à un "coucher de soleil".

"Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit." (Apocalypse 21, 25)

"Il n'y aura plus de nuit; et ils n'auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles." (Apocalypse 22, 5)

C'est avoir confiance en Dieu, dans sa Parole (Dieu avec nous), dans le guide (son fils) qu'il nous a donné pour comprendre (lumière) cette Parole et pour la vivre ensemble (force).

"20 Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. 21 On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous." (Luc 17, 20 - 21)


Voir les versets de la Bible qui m'ont inspiré et que j'ai illustré..



 

Recherche : Voici quelques versets de la Bible qui m'ont inspiré

"Où demeures-tu ?" (Jean 1, 38)

Nuée : signe propre de Dieu

"L'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchassent jour et nuit." (Exode 13, 21),

 "Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection : écoutez-le !" (Matthieu 17, 5)

Sur la biche de l'aube

"sur la biche de l'aube" est le titre du Psaume 22 que Jésus-Christ récita sur la croix. Dans ce Psaume, le psalmiste commence au plus bas, avec un terrible sentiment que Dieu est loin. Et après un renversement "tu m'as répondu" (Psaume 22, 22), tout change et devient l'expression d'une foi extraordinaire, d'une totale confiance dans le salut et dans l'aide de Dieu.

 "Au chef des chantres. Sur Biche de l'aurore. Psaume de David. Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m'as-tu abandonné, Et t'éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ?" (Psaume 22, 1)

 "Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eli, Eli, lama sabachthani ? c'est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (Matthieu 27, 46)

En hébreu : 
- biche "'Ayeleth" a une origine commune avec le mot "ayil" la force, le secours 
- Aube "Shachar" : l'aurore, ce qui est noir mais qui va vers la lumière

"Je suis noire (shachar), mais je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon." (Cantique des cantiques 1, 5)

"La biche de l'aube" peut avoir le sens de "la force de secours de l'aube qui va permettre d'aller vers la lumière attendue."

La petite histoire :
J'utilise cette image pour avertir que c'est une "idée personnelle actuelle". "Alex" associé à une fleur, l'hémérocalle. Cette fleur doit son nom au grec hemera=jour et kalos=beauté "beauté d'un jour" ou "lys d'un jour" car elle commence à fleurir à l'aube et fâne à la tombée de nuit, remplacée sur la même tige, le lendemain, par une nouvelle fleur. Et cette espèce orange s'appelle "Alexandra". 

Haut

© Alexandra Domnec, tous droits réservés - Pour me contacter : alexandra@domnec.com