De la Pâque (Pessa'h) à Pâques 
Tryptique des trois fêtes de Dieu

par Alexandra Domnec

- RETOUR ACCUEIL - RETOUR PRESENTATION FÊTES - HISTOIRE DU TABLEAU  
Précédent Cette semaine : Jardin des plantes (5 mai 2019) Suivant
Pâques
Huile sur toile - 65 x 54 cm - 15 F

 
Notes

Voici les idées de la semaine > en vert

Pâques puce Le langage des plantes

C'est un classique chez moi d'utiliser la symbolique* des plantes pour exprimer une idée. Voici donc ce qui se cache derrière ces différents arbres, fleurs, cultures, herbes...

* Plusieurs paramètres rentrent en jeu. Je recherche et prends en compte : la signification des plantes et leurs utilités dans la Bible suivant les textes de l'Ancien et du Nouveau Testament (première référence dans l'A.T.), leurs significations possibles en hébreu (racine primaire), leur existence en Israël dans le lieu géographique peint en cette saison,...
Mais aussi leur références et utilisations dans l'iconographie des peintres de tradition chrétienne (Renaissance...), leur signification dans les légendes gréco-latines ou d'ailleurs (en Orient...), jusque dans le langage des plantes d'aujourd'hui en France.
Ce qui signifie en amont une recherche importante, la constitution d'une bibliothèque riche d'images de référence (photos, livres, Internet...) et dans la pratique d'une expérience graphique faite dans des tableaux déjà réalisés. > Voir pour exemples : la parabole du fils prodigue, les Béatitudes, le lexique de ma fresque...

> Le térébinthe : Je commence à peindre, en contrebas de la colline, un térébinthe*. C'est un arbre immense, à l'image des grands chênes en Europe.
Il est comme un repère, le point de départ d'une victoire prochaine et d'une transformation de la mort à la vie qui commence.

* Le térébinthe ou chêne ("'Elah" en hébreu avec l'idée d'homme vaillant, fort...), dans l'Ancien Testament, est souvent le point de départ d'une victoire prochaine du monde de Dieu (le monde du jour, qui sert la Vie), sur le monde qui le rejette (le monde de la nuit, qui sert la mort).
C'est sous lui que se trouve les personnages qui vont intervenir pour lui, comme Abraham, Jacob, Gédéon, David,...

"Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu, Afin qu'on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l'Eternel, pour servir à sa gloire." (Esaïe 61, 3)

J'avais déjà utilisé la symbolique du térébinthe dans mes tableaux :  l'"Appel des disciples"et l'annexe 2 du "rétablissement de la fille de Jaïros et de la femme hémorragique" et dans ma fresque

> Les cyprès : Dans mon tableau, selon l'Evangile de Jean, Marie de Magdala (Marie Madeleine) vient d'arriver au tombeau. Et trois cyprès viennent d'apparaître. Ils remplacent les 3 femmes peintes précédemment venues au tombeau (selon l'Evangile de Marc).

Les cyprès illustrent l'idée que nous sommes dans un cimetière. Et ils décrivent, à mon sens, ce que Marie doit ressentir à cet instant : douleur*, souffrance, deuil...

"1 Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. 2 Elle courut vers Simon Pierre et vers l'autre disciple que Jésus aimait, et leur dit : Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l'ont mis. [...]
11 Cependant Marie se tenait dehors près du sépulcre, et pleurait. Comme elle pleurait, elle se baissa pour regarder dans le sépulcre ; " (Jean 20, 1 - 2 et 11)

Car dans la tradition chrétienne et les légendes gréco-romaines, le cyprès est l'arbre de la douleur*, de la souffrance, du deuil, l'arbre des cimetières, mais aussi de l'éternité.

* Douleur : par exemple Ovide rapporte la légende du jeune Cyparissus. Il demanda aux dieux d'être métamorphosé en cyprès, pour que son deuil soit éternel, après avoir transpercé malencontreusement de son javelot son compagnon le cerf aux cornes dorées.

Souffrance : Il est très utilisé dans ce sens la peinture de la Renaissance Italienne pour représenter la souffrance, le martyr des Saints...

Deuil : "Les poètes grecs et latins attributs au cyprès une signification funèbre et le considèrent comme l'arbre des défunts. Pline l'Ancien rappelle que le cyprès est consacré à Pluton, le dieu des enfers." Source "La Nature et ses symboles, repères iconographiques des éditions  Hazan

L'arbre des cimetières : "Cest ce cyprès que l'on rencontre dans de nombreux cimetières, notamment près des tombes protestantes des Cévennes, mais jamais la Bible ne fait allusion au caractère funèbre que l'Occident prête à cet arbre." Source : "Au jardin des plantes de la Bible de Jean Paquereau, éditions CNPF.

Eternité : Il porte également l'idée d'éternité. Les cercueils des Papes sont faits en bois de Cyprès (Voir références : https://fr.wikipedia.org/wiki/Langage_des_fleurs#C et  https://fr.wikipedia.org/wiki/Cypr%C3%A8s)

>> La suite sur les plantes... La semaine prochaine !
Pâques

Pâques
Haut

© Alexandra Domnec, tous droits réservés - 5 mai 2019 - Pour me contacter : alexandra@domnec.com